Sarah Flèche, docteure en économie et chercheure à la London School of Economics (LSE) apporte un éclairage sur les causes de long terme des inégalités de bien-être sous un angle à la fois éthique, économique et social. En effet, la communauté universitaire et les décideurs publics ont commencé à repenser les approches traditionnelles de mesure du développement humain pour reconnaître le besoin de mesurer le bien-être, au-delà du seul revenu.

Retrouver l’article complet