La Fabrique Spinoza joint ses efforts à ceux d’une équipe de l’Université de Toulouse II et de l’Institute for Public Policy Research (IPPR) afin d’identifier les freins à l’utilisation de nouveaux indicateurs dans les politiques.

L’IPPR, un think tank anglais, conduit présentement une recherche internationale sur l’utilisation des indicateurs alternatifs dans le but de pouvoir transposer les meilleures pratiques au Royaume-Uni. L’organisation tente notamment d’identifier quels impacts ont de tels indicateurs sur les décisions politiques et ce qui empêche ces mesures d’avoir une plus grande influence.

Quant aux chercheuses Léa Sébastien et Valérie Lacroix, du laboratoire Géode de l’Université de Toulouse II, elles sont les partenaires en France du projet BRAINPOoL, un projet européen dont l’objectif est de faire le pont entre les développeurs de nouveaux indicateurs et leurs utilisateurs potentiels.

Dans le cadre de cette collaboration, la Fabrique conduira en partenariat avec ces deux groupes des entretiens auprès de différents intervenants (politiques, fonctionnaires, médias, offices de statistiques, etc.) dans le but de mieux comprendre les mécanismes de mise en place d’indicateurs alternatifs.

La Fabrique est confiante que le projet permettra d’identifier les obstacles à l’utilisation de ces indicateurs et de dégager des pistes de solution afin de favoriser leur adoption.

Pour en savoir plus, voir le document de présentation du projet.