Chaque jour, nous recevons des signaux, des messages nous insinuant plus ou moins explicitement qu’une vie bien remplie est une vie remplie de biens, sous-tendant qu’une vie réussie et heureuse est une vie de consommation. Des sommes astronomiques sont dépensées chaque année pour soumettre chaque espace de vie à cette métaphysique consumériste, des toilettes aux panneaux d’autoroute, des stations de métro aux bannières internet, occupant ainsi aussi bien la sphère publique que la sphère privée. Mais ces messages vont plus loin, puisqu’ils atteignent et modifient nos psychismes. De fait, nous sommes tous plus ou moins affectés par ces messages; de manière générale, ils tentent de faire en sorte que beaucoup de gens organisent leur vie autour du salaire ou d’un mode consumériste.

Lire la suite de cet article sur le site de Gaël Brulé