Le bonheur « chronique » résulterait de 3 grands facteurs :

  • un niveau initial de bonheur déterminé par sa dotation génétique ;
  • les circonstances pertinentes par rapport au bonheur ;
  • les activités et pratiques ayant un impact sur le bonheur.

Les importances respectives de ces 3 facteurs seraient  respectivement de 50%, 10% et 40%.

Les facteurs influençant le niveau de bonheur chronique

Le niveau de bonheur déterminé génétiquement est défini (et observé) comme étant le point moyen ou central de bonheur de l’individu dans son échelle de variation de bonheur. Son existence a été suggérée par des recherches sur les jumeaux ou sur des individus observés avant et après des traumatismes ou des évènements positifs significatifs.Ce point est supposé être fixé, stable sur la durée et insensibles aux influences. Il expliquerait 50% du bonheur d’un individu.

Les circonstances regroupent les événements et incidents relativement stables dans la vie de l’individu, comme par exemple (mais pas nécessairement pour tous les individus) :

  • le lieu de vie (nation, géographie, région, culture du pays) ;
  • les critères socio-démographiques (âge, genre, ethnie) ;
  • l’histoire personnelle (traumas, succès passés, etc.) ;
  • le statut (conjugal, financier, professionnel, religieux, de santé).

Les circonstances expliqueraient 10% du bonheur de l’individu.

Les activités et pratiques intentionnelles qui influencent le niveau de bonheur sont nombreuses et diverses. Elles sont nécessairement choisies et résultent d »un engagement de l »individu dans l’activité, la pratique ou le comportement. Trois grandes catégories d »activités peuvent être déclinées :

  • les activités comportementales (sport ou actes de générosité) ;
  • les activités cognitives (perception et regard sur le monde) ;
  • les activités volitionnelles (engagement de la volonté sur un chemin ou pour une cause).

Séparer distinctement ces 3 catégories reste néanmoins délicat. Par ailleurs, la distinction entre activités et circonstances peut parfois s »avérer ténue, selon le degré d’engagement de l’individu. Ainsi une relation ou un travail peuvent être rangés dans l’une ou l’autre case selon l’implication de l’individu. Les activités choisies expliqueraient 40% du bonheur de l’individu.