steph3[1011]

Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour ! Je suis Stéphanie Carlens. Je suis belge et je suis née à Bruxelles. J’habite aujourd’hui à 70 kilomètres de Lille, dans la ville d’Ath, en Belgique. Enfant, j’étais déjà très curieuse et je me mêlais volontiers aux conversations des grands. J’ai grandi entourée de parents enseignants. J’ai baigné dans un environnement propice aux découvertes, à l’apprentissage et à l’ouverture sur le monde et sur les autres.

J’ai naturellement orienté mes études vers la Communication et les Relations Publiques. À 21 ans, j’ai  intégré un grand groupe financier dans lequel je suis restée 18 ans. J’y ai expérimenté différentes fonctions commerciales pendant 8 ans et puis je me suis orientée vers le département Corporate Communication pendant 10 ans.

Cette expérience en entreprise m’a énormément appris sur les relations interpersonnelles entre collègues, avec le management et avec les clients. Mais aussi sur le monde du travail, la pression des objectifs, la recherche permanente de profit. J’ai toujours été de nature optimiste, à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, à encourager mes collègues sur leurs forces, à prendre la parole en réunion pour dire tout haut ce que  les autres pensaient souvent tout bas. Jusqu’au jour où la banque nous a annoncé sa première grande restructuration. Je perdais ma fonction et devais me ‘recaser’ quelque part dans un autre service.

J’y ai vu l’opportunité. Celle de sortir de ma zone de confort et d’oser me recentrer sur ce qui a toujours fait partie de mon ADN : m’engager à améliorer les conditions de travail, replacer l’humain au cœur de l’entreprise, lui (re) donner du sens. Car j’ai vécu et vu autour de moi des personnes en souffrance, en perte de vitesse et en manque de reconnaissance. Ce jour-là, j’ai compris qu’une nouvelle voie était non seulement envisageable mais indispensable à la survie des organisations. J’ai opéré une reconversion professionnelle à 180 degrés. Celle de la joie, du Bonheur au Travail, mais aussi de la liberté et de l’engagement dans des projets sociétaux à fort impact. J’ai décidé que je ferais ma part tout comme le colibri !

Pourquoi as-tu décidé de t’engager à la Fabrique Spinoza ?

Pour moi il n’y a pas de hasard, que des coïncidences heureuses. J’ai fait la connaissance de la Fabrique Spinoza en cherchant à me former sur la thématique du Bonheur au Travail pour entamer ma reconversion professionnelle. Lorsque j’ai vu que l’Académie Spinoza proposait ‘les fondamentaux du Bonheur au Travail pour les coachs et consultants, je me suis inscrite dans la minute ! Et après ma première journée de formation le 7 septembre 2017, c’était pour moi une évidence de m’engager et de créer une communauté de passeurs du bonheur en Belgique.

Je me suis reconnue immédiatement dans les valeurs de la Fabrique : Liberté, Altruisme, Citoyenneté. C’est un peu comme une seconde famille que l’on découvre, comme une nouvelle aventure, portée par des citoyens animés des mêmes convictions et pour les citoyens. Aujourd’hui, je suis très fière de porter les valeurs de la Fabrique Spinoza dans mon pays. Cet engagement bénévole résonne parfaitement avec mes nouvelles aspirations professionnelles, et donc je peux le dire aujourd’hui, je suis complètement alignée entre qui je suis et ce que je fais.  Et ça, c’est du pur bonheur !

Quel est ton rôle au sein de ton groupe ?

Je me présente aux passeurs belges comme le pilote du groupe, mais je leur précise dans la foulée qu’un pilote n’est rien sans un équipage solide. J’aime l’idée de co-créer notre communauté et que chacun apporte sa contribution active.
J’anime la communauté, je rassemble, je dynamise, je crée du lien entre toutes sortes de personnes qui, à leur tour, contribueront selon leurs envies et leurs moyens à plus de bonheur au travail. Dès que je participe à un événement en Belgique, je diffuse l’existence de la Fabrique et mon rôle. Les personnes sont très réceptives et me répondent souvent : « ah oui, il y a du boulot ! » ou alors « oui, il est temps que les choses évoluent ! » Je leur réponds : « Sortez du cadre et rejoignez-nous, notre mouvement montera en puissance ! ».

Quelles sont les prochaines échéances de ton groupe de travail ?

La première rencontre des passeurs du bonheur en Belgique a eu lieu le 25 novembre 2017. Nous étions sept personnalités riches d’expériences et de vécu, prêts à partager sur le thème du Bonheur dans nos domaines d’activités respectifs : transport urbain, ingénieur électronique, enseignante, coachs, …
La prochaine rencontre se prépare pour fin avril ou mai. J’ai envoyé l’invitation à 16 personnes, donc plus du double que pour la première rencontre ! Des personnes se sont en effet manifestées pour nous rejoindre et j’ai hâte de faire leur connaissance, c’est très riche humainement.
Je ne perds pas de vue non plus mon ambition de réunir des citoyens avec le groupe des passeurs autour de la diffusion du film de Julien Péron: « C’est quoi le Bonheur pour vous ? ».

Qu’aurais-tu envie de dire à une personne qui s’intéresse à la Fabrique Spinoza ?

Si elle a le désir de faire évoluer les choses en matière de Bonheur au Travail, il n’est jamais trop tard pour rejoindre notre communauté. La Fabrique sera ravie de l’accueillir. Chacun y trouvera la reconnaissance, l’appartenance sociale, le respect et la réalisation personnelle autour d’une noble cause.  Œuvrer pour plus de bonheur dans notre société et au sein des organisations est un investissement plus que rentable, celui du cœur et du courage !

Contacter Stéphanie !