avenue-of-the-allies-aka-flags-on-the-waldorf.jpg!Blog

Convaincus ou dans une optique d’expérimentation, un nombre croissant d’entités explorent ou mettent en oeuvre des politiques de bien-être, qu’il s’agissent d’organisations internationales, d’états ou de gouvernements locaux.

La Fabrique Spinoza travaille avec ou sur l’ensemble de ces niveaux territoriaux.

 

1/ La France

  • Les développements n’ont pas été à la hauteur attendu depuis la Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi – en savoir plus
  • Un Groupe de travail thématique sur les indicateurs de richesse est en place et actif à l’Assemblée Nationale – en savoir plus
  • Une dynamique s’était amorcée au Sénat en Octobre 2012 sur les politiques du bien-être mais peine à avancer depuis – en savoir plus
  • Une question écrite avait été adressée au Gouvernement en juillet 2012 sur les indicateurs de développement par le Sénat – en savoir plus

 

2/ Les autres Etats

 

3/  Les territoires français

La Fabrique Spinoza a été sollicitée par la Gironde pour accompagner une consultation sur le bien-être citoyen – Les résultats de la consultation et son analyse à paraitre en octobre 2013.

 

4/ L’Union Européenne

Dans un discours prononcé le 23 mai 2011, le président du Conseil Européen, Hermann Von Rompuy, a évoqué l’idée d’un « Budget du Bonheur » pour discuter de la place du bonheur dans les sociétés européennes. – En savoir plus.

 

5/ L’ONU

 

6/ L’OCDE

 

7/ L’économie Positive

La Fabrique Spinoza est membre de la Commission Présidentielle dite Attali II sur l’Economie Positive. Cette commission interroge le modèle économique actuel et propose un modèle d’économie fondée sur les relations plutôt que sur les transactions, sur l’altruisme rationnel ou co-opétition plutôt que sur la guerre concurrentielle. Le rapport final sera remis à François Hollande à l’Elysée le 21 Septembre.

Voir le rapport dès sa publication officielle.