Les français sont-ils heureux au travail? À l’occasion de la semaine de la Qualité de Vie au Travail  l’Institut Think et la Fabrique Spinoza publient les résultats du premier Baromètre national du Bonheur Au Travail.

Alors que Courrier cadres s’inquiète de ce que plus d’un quart des salariés s’ennuient au travail, Challenges s’interroge sur le bien fondé du bonheur au travail : vrai business ou feu de paille? Public sénat pose la question autrement : Peut-on être heureux au travail? Business IMMO quant à lui retrace les grandes lignes des résultats du baromètre.  Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza, explique  le clivage des français mis au jour par le Baromètre dans l’émission « c’est mon boulot » de Philippe Duport diffusé sur  France info. Le chroniqueur retient : « le travail on aime ou on déteste ». Redécouvrez les articles de presse et interview en cliquant sur les différents médias.

Lire l’intégralité de l’étude


Courrier cadres :

Plus d’un quart des salariés s’ennuient au travail

26 % des salariés se déclarent en bore out, selon le baromètre du bonheur au travail réalisé par l’Institut Think pour la Fabrique Spinoza. Plus d’un quart des salariés disent qu’ils s’ennuient au travail, tandis qu’un sur deux (51 %) ressent du stress ou de la fatigue.

Public Sénat :

Peut-on être heureux au travail ?

Essentiel pour certains, alimentaire pour d’autres, le travail occupe une place centrale dans la vie des Français. Au moment où 50% des Français se déclarent heureux au travail, quel rapport les Français entretiennent avec leur emploi ? Paroles de travailleurs heureux et d’autres en quête de sens.

Challenges

Le bonheur au travail : vrai business ou feu de paille ?

De nombreuses entreprises prétendent aujourd’hui se soucier du bonheur de leurs salariés. Mantra, martingale… ou énième ficelle de communication ? A l’occasion de la 14ème Semaine de la qualité de vie au travail (jusqu’au 13 octobre), Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza, livre son analyse. Ce think tank du bonheur citoyen publie son premier Baromètre du bonheur au travail.

France Info :

C’est mon boulot. Le travail, on aime ou on déteste

Une France coupée en deux. D’un côté ceux qui adorent leur travail, de l’autre ceux qui le détestent. C’est ce qui ressort du baromètre national du bonheur au travail. D’un côté on pourrait dire la France de Cash Investigation, des cadences infernales dans la grande distribution et des centres d’appels, celle de la « nouvelle condition ouvrière ». Et de l’autre celle de la PME à taille humaine où l’on est autonome et où l’on perçoit chaque jour le fruit de son travail, le sens de son travail.

Businness Immo

Le baromètre national du « Bonheur au travail »

L’institut Think et la Fabrique Spinoza publient à l’occasion de la Semaine de la qualité de vie au travail, le Baromètre national du Bonheur au travail. Premier constat, le bonheur au travail clive les collaborateurs entre des actifs très insatisfaits et très satisfaits de leur situation professionnelle. Les résultats révèlent également un malaise au travail, renforcé par le manque de mobilité et corroboré par le fait que sur les 20 déterminants du bonheur au travail, aucun n’emporte de réelle satisfaction.