Sous l’impulsion de la Fabrique Spinoza, une question sur les suites de la commission Stiglitz soulignant la pertinence des indicateurs de richesse a été posée au ministre de l’économie et des finances par Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste. Elle préfigure des travaux parlementaires qui se dérouleront à la rentrée.

 

 

    Question écrite n° 00204 de M. Jean-Vincent Placé (Essonne – ECOLO)

    publiée dans le JO Sénat du 05/07/2012 – page 1457

     

    M. Jean-Vincent Placé attire l’attention de M. le ministre de l’économie et des finances sur la pertinence des indicateurs de richesse.

    Depuis la commission Stiglitz-Sen-Fitoussi (2009), force est de constater qu’il n’y a pas eu de progrès significatifs en matière d’indicateurs de développement complémentaires au PIB. Pourtant, cet outil est particulièrement critiqué car, bien que nécessaire, il est insuffisant pour analyser autant la richesse économique du pays, le bien-être de ses habitants, que le coût écologique de la production. L’intégration des facteurs du bien-être et du coût écologique est primordiale, puisque les indicateurs déterminent, en partie, la performance et l’orientation des politiques publiques.

    De nombreuses initiatives ont d’ailleurs été prises dans ce sens à l’étranger. En effet, l’OCDE utilise le Better Life Index, le Royaume-Uni exploite le National Well-Being, la Suisse a recours au système Monet, tandis que le Bouthan emploie le Bonheur Intérieur Brut…

    Il semble assez archaïque, de nos jours, d’utiliser des indicateurs de développement, sans prendre en compte des éléments aussi essentiels que l’emploi, la santé, le logement, l’éducation, les liens sociaux ou l’environnement. Afin d’installer un système durable, l’empreinte égologique apparait également comme une variable déterminante, à corréler aux facteurs de richesse et de satisfaction personnelle.

    Il lui demande de quelle manière il compte développer cet indicateur de développement alternatif au PIB en France.

     

    En attente de réponse du Ministère de l’économie et des finances