Premiere de couverture coloc-page-001 (1)

– LIRE LE DOCUMENT

 

Ce document restitue la réflexion des intervenants qui ont pris part au colloque du 17 octobre 2016, organisé par la Fabrique Spinoza,le think-tank Synopia et le forum du futur, sous le patronage de M. Jean-Louis COSTES, et qui s’est déroulé à l’Assemblée Nationale.
Motivés par l’idée que le mode de gouvernance doit être réformé. Les différents participants ont imaginé 9 recommandations permettant de créer une démocratie plus participative, proche du peuple, adaptée à l’ère numérique et dans laquelle le citoyen peut se sentir plus heureux.

Deux membres de la Fabrique Spinoza sont intervenus lors de ce colloque. Tout d’abord, Alexandre Jost qui exprime l’idée qu’une démocratie qui fonctionne bien est une démocratie qui favorise l’épanouissement du citoyen. Puis Béatrix Journault qui a participé à la table ronde « De la démocratie représentative à la démocratie participative ».

Les 9 recommandations issues du colloque :

  • « Pour favoriser l’émergence d’une démocratie plus inclusive, les organisations dans leur ensemble doivent développer une culture autour des dynamiques participatives. »

 

  • « Les élus doivent bénéficier des outils nécessaires à la compréhension et à l’utilisation de la civic tech, c’est-à-dire de tout outil numérique permettant à un individu ou un groupe d’influer sur la scène publique. »

 

  • « L’expérimentation doit devenir un levier important de la conduite du changement au sein de la sphère publique, pour tester et lancer des projets d’avenir. »

 

  • « Pour se renouveler, la politique doit (re)nouer avec la prise de risque, la mobilité professionnelle des élus et s’inspirer des modes de fonctionnement du secteur privé. »

 

  • « Moderniser nos institutions et rénover les pratiques politiques devront constituer une des priorités majeures du prochain Président de la République et de son gouvernement. »

 

  • « Pour être plus efficient, l’État doit intégrer la culture de la performance. »

 

  • « Les parlementaires doivent élargir les critères d’évaluation des politiques publiques, notamment dans les études d’impact des procédures législatives. »

 

  • « L’État doit piloter l’hybridation du modèle représentatif sous l’effet de la dynamique participative, pour garder le contrôle de la démocratie. »

 

  • « La participation citoyenne ne peut s’exercer dans tous les domaines relevant des compétences de l’État, notamment la Défense, et les outils de la civic tech restent des moyens et non une fin en soi. »

LIRE LES ACTES DU COLLOQUE