Couverture Pacte Spinoza nouveaux indicateurs de mesure du bien-etre citoyen en France - Mars 2012

Le pacte Spinoza encourage les politiques à s’engager à mettre en place de nouveaux indicateurs de mesure du progrès. En période de crise et de rigueur budgétaire, les décideurs politiques ont plus que jamais besoin de nouveaux outils de pilotage et d’arbitrage, afin d’opérer des choix éclairés pour le bien-être durable des Français.

Les propositions du pacte

La Fabrique Spinoza demande aux candidats à la présidentielle de prendre des engagements décisifs en faveur de la mesure du bien-être citoyen dans notre société. Constituer de nouveaux indicateurs partagés de mesure du progrès économique et social français et utiliser ces indicateurs de manière effective et concrète dans la sphère publique.

Sommaire

  1. Pourquoi de nouveaux indicateurs pour mieux vivre en France ?
  2. Des pays et des dirigeants politiques en mouvement
  3. Un intérêt marqué des citoyens pour des indicateurs de Bien-être
  4. Des organisations et commissions internationales inspirées
  5. Quelle méthode pour batîr un Baromètre français du Bien-être

 

1. Pourquoi de nouveaux indicateurs pour mieux vivre en France ?

Pour des raisons économiques, sociales et citoyennes. De nouveaux indicateurs de mesure offrent l’opportunité de faire émerger un but commun aux Français et de guider les politiques en faveur de sa réalisation. De tels instruments ont un rôle d’autant plus important à jouer en période de grandes difficultés économiques, ils pourraient bien ouvrir la voie de sortie de la crise actuelle.

Pour en savoir plus

2. Des pays et des dirigeants politiques en mouvement

Plusieurs pays, notamment en Europe, ont déjà entamé des projets ambitieux dans l’élaboration de nouveaux indicateurs de développement, tenant compte à la fois de la performance économiquele bien-être des populations et la durabilité du développement, impliquant dans leur démarches des acteurs très diversifiés.

Pour en savoir plus

3. Un intérêt marqué des citoyens pour des indicateurs de Bien-être

Interrogés lors d’une enquête sociologique qualitative, des citoyens révèlent que, particulièrement en période de crise, des indicateurs de bien-être leur semblent importants et qu’ils souhaiteraient que les politiques en conçoivent et s’en servent. Ne croyant plus à la croissance, ils auraient alors l’impression d’être écoutés et que les politiques s’intéressent à ce qui compte pour eux.

Pour en savoir plus

4. Des organisations et commissions internationales inspirées

Un soutien institutionnel international fort aux nouveaux indicateurs. Les organisations internationales jouent un rôle décisif dans la promotion et l’élaboration d’indicateurs de développement. L’ONU, le Conseil Européen, la Commission Stiglitz-Sen-Fitoussi, les Conseils économiques conjoints Franco-Allemands, l’OCDE soulignent l’importance de bâtir de nouveaux instruments pour éclairer les politiques.

Pour en savoir plus

5. Quelle méthode pour batîr un Baromètre français du Bien-être

Voici une proposition de méthodologie pour constituer de nouveaux indicateurs pour la France. La méthodologie vise tout autant la légitimité démocratique que technique. Elle cherche donc à constituer de nouveaux indicateurs mais aussi susciter un débat national sur ce qui compte pour les Français.

Les grands principes de la démarche sont de capitaliser sur les nombreux travaux existantscentrer la démarche sur le citoyen et assurer la transversalité (disciplines, territoires).

La démarche pourrait s‘organiser en 3 grandes phases de cadrage, de définition des champs puis de détermination des variables. Enfin, elle serait centrée sur une commission hybride de spécialistes, élus et représentants de la société civile.

Pour en savoir plus

 ________________________________________

Voir le Pacte(version courte)

Voir le Pacte (complet)

Signer le Pacte (en ligne)

Read the Pact (English version)

Lettre ouverte aux candidats

Voir le film du Pacte (4 min)

 

Le désir de vivre heureux ou de bien vivre, de bien agir est l’essence même de l’homme, Baruch Spinoza