ITBF

Paris, le 29 mai 2017

Résultats du PIB du Bonheur #4

2e Trimestre de l’ITBF (Indicateur Trimestriel du Bonheur des Français)

Lire l’enquête complète.

BAISSE SIGNIFICATIVE DU PIB DU BONHEUR DE 1,7% EN 6 MOIS :

PARTIELLEMENT EXPLIQUEE PAR LA RECENTE PRESIDENTIELLE

En 6 mois, le PIB du bonheur baisse significativement de 1,7%* révélant les blessures d’une campagne présidentielle violente, des stigmates affectifs et de solidarité. L’élection laisse donc un impact affectif négatif et une fracture que les Français n’estiment pas réductibles par le nouveau président, même s’il incarne l’optimisme pour certains. Le manque de confiance en début de mandat et l’appel à un changement radical par les citoyens appellent spécifiquement le Président à mener des refontes profondes, y compris des institutions démocratiques.

 

Une baisse du niveau de bonheur non négligeable en 6 mois environ, induite par une perte de légèreté, de solidarité et d’union collective

  • Le PIB du bonheur s’établit à 59,4 sur 100 contre 60,4 en octobre 2016, soit une baisse de 1,7% en taux de croissance (*l’indicateur global de 59,4 est une moyenne des 50 critères évalués par les Français, le total des opinions positives est aujourd’hui de 49% contre 53% en octobre soit -4 points de pourcentage sur l’ensemble des items).
  • Une baisse marquée des sentiments positifs : rire / sourire et gratitude – 0,4 point sur 10 ; plaisir et joie – 0,3 sur 10 ;
  • Une diminution de la solidarité : – 0,3 sur 10 pour le soutien en cas de besoin ; -0,2 sur 10 de la confiance en l’autre et de l’engagement sociétal
  • Une inquiétude croissante quant à son emploi : +0,2 sur 10 ; et une baisse de l’optimisme pour son avenir personnel de -0,2 sur 10

L’image du Président : un renouveau et un optimisme empêchés par des peurs et un manque de confiance aujourd’hui

  • Les inspirations des Français suite à l’élection d’Emmanuel Macron : la méfiance (48% des répondants) et l’inquiétude (43%) sentiments les plus évoqués avant l’espoir (35%) et la curiosité (35%) ; l’optimisme (22%) loin derrière
  • Si Emmanuel Macron leur semble plutôt heureux ou serein (pour 76% des Français), audacieux (54%), respectable (53%) et inspirant de la bienveillance ou sympathie (53%), il n’inspire en revanche que peu de confiance (44%), et ne leur apparait en ce lendemain d’élection pas capable de réformer (41%), ni d’être à la hauteur des enjeux de la France (37%)
  • L’élection française est néanmoins peut être responsable d’une légère diminution du sentiment de pessimisme pour l’avenir du monde (+0,2 sur 10)

Pour les Français, un profond désir de remise en cause, miroir d’un sentiment de fracture

  • Seuls 39% des Français pensent que le nouveau Président est capable de rassembler les Français ; de manière générale, la France semble fracturée en deux et difficilement réconciliable aujourd’hui pour 66% des répondants
  • En miroir, un appel à un changement global voir systémique : remettre à plat les partis traditionnels (79% jugent que leur remise en cause est une bonne chose) et le système démocratique (79% souhaitent qu’il soit profondément renouvelé).

 

 

TRIMESTRE APRES TRIMESTRE, DES FRANCAIS EN MAL D’OUVERTURE AU MONDE

Comme pour les éditions précédentes, des Français plutôt joyeux, fatigués, satisfaits de leur vie individuelle, mais qui restent défiants sur le plan collectif.

 

Des Français plutôt joyeux mais qui courent et sont fatigués

Ils ressentent en prédominance des émotions positives (rire, sourire, plaisir, joie, calme), tout en exprimant être souvent fatigués (51 % l’ont été la veille) et dormir de manière agitée (49 % la semaine précédente). Au total, 41 % d’entre eux déclarent ne pas prendre assez de temps pour apprécier ce qu’ils font.

 

Des Français plutôt satisfaits de leur cadre de vie et de leurs relations sociales proches

Les Français sont fortement satisfaits de leur logement (81 % satisfaits dont 53 % très satisfaits). Ils se révèlent également plutôt satisfaits (75-80 %) de leur environnement (nature, beauté, calme), même si une partie des Français se plaint de la pollution (52 %). Ils apprécient leur lien social de proximité (environ 70 %) : leur famille, leur vie sociale, et les gens sur qui compter.

 

Des Français défiants, défensifs, tentés de se replier sur eux-mêmes

Les Français se sentent très inquiets pour leur emploi ou celui de leurs proches (52 % y pensent souvent) et moyennement en sécurité (seuls 53 %). Ils sont plus ouverts sur ce qui peut leur arriver dans la journée (61 %), qu’ils ne sont ouverts sur les autres, puisqu’ils disent ne pas faire confiance à la plupart des gens (seulement 1/3 estime pouvoir faire confiance aux autres). Leur engagement est modéré dans la société (39 %) et ils sont peu à exprimer ou ressentir de la gratitude (à peine 30 %).

 

PIB du Bonheur #4 – Chiffres complets dans rapport détaillé

Le PIB du bonheur #3

Le PIB du bonheur #2

Le PIB du bonheur #1

La notice détaillée du PIB du bonheur

 

Un indicateur citoyen s’appuyant sur la science

Réalisé par l’INSTITUT THINK® pour la Fabrique Spinoza, conçu à partir de contenus issus de la science du bonheur, l’ITBF interroge les Français sur leur bonheur global ressenti, sur leur propre fonctionnement psychologique, et sur leur perception de leur environnement de vie. Interrogeant un échantillon représentatif de la population française* 2 jours après le second tour des élections présidentielles, il permet d’exprimer la diversité des ressentis des Français au travers d’une cinquantaine d’items. Il constitue un baromètre robuste, citoyen et trimestriel du bonheur des Français. Sa vocation est d’apporter un éclairage inédit face au PIB dont il suivra le calendrier de publication, compter ce qui compte vraiment, redonner au bonheur une place centrale dans la société et éclairer les politiques publiques.

 

*Méthodologie : 1003 Français, âgés de 18 ans et plus, interrogés en ligne sous système CAWI du 9 au 11 mai 2017, sur les quotas sexe, âge, profession, région, catégorie d’agglomération après redressement sur le 1er et 2nd tour de l’élection présidentielle. Les résultats doivent tennir compte des marges d’erreurs statistiques de +/-2 à 3% pour les pourcentages, de +/-0,2/ 0,3 point pour les notes sur 10, et +/-0,8 point pour l’indice global sur 100 auprès d’échantillons de 1000 répondants. Toute diffusion totale ou partielle doit préciser : Etude sur le bonheur des Français réalisée par l’INSTITUT THINK® pour la Fabrique Spinoza

 

À propos de La Fabrique Spinoza

La Fabrique Spinoza est un think-tank citoyen, économique et politique multi partisan dont la mission est de donner au bonheur sa juste place dans la société. Elle s’appuie sur la capacité d’innovation et l’expertise de vie de ses 1000 citoyens membres dans 22 villes, adossées aux scientifiques de son réseau, pour produire notes, rapports, conférences, master class, formations et accompagnement. La Fabrique Spinoza est reconnue comme l’un des 12 principaux think-tanks français, et a participé à des travaux de l’OCDE, ONU, etc.