logo_2 (1)

Dans ce nouvel article de la revue Sciences & Bonheur, Neil Thin porte son regard sur la faible contribution des sociologues à l’étude du bonheur et la richesse que pourrait apporter leur participation. L’étude du bonheur est souvent vécue comme un sujet « de bon sens » ne méritant pas l’attention critique minutieuse. Pourtant, la facilitation des relations sociales est le thème le plus important dans la recherche sur le bonheur.
Un plaidoyer pour inciter les sociologues et anthropologues à apporter leurs méthodes, approches analytiques, et connaissances pour peser sur la construction sociale et culturelle du bonheur.

Retrouver l’article complet page 59